Carrière de sable

Publié le par Jean-Marc

Carrière de sable

Carrière de sable

Aujourd’hui, nous rencontrons Pierre Louis pour la visite d’une sablière à Flines les Raches au nord de Douai dans le Nord.

Installée sur un cinquantaine d’hectares, la Sablière Dhainaut vend environ 250 000 tonnes de sable par an pour les chantiers du BTP du Nord Pas de Calais.

Carrière de sable

Etape 1: Déboiser

Située dans un bois, la première opération consiste à couper les arbres et à évacuer les souches avant de décaper la terre végétale.

Dans le cadre de son projet de réaménagement la sablière Dhainaut à prévu de reboiser 3  hectares à l’extérieur pour un hectare déboisé, parallèlement elle s’engage également à remettre le site en l’état après avoir exploité le sable.

Etape 2: L’extraction

  • Première couche: La couche de terre végétale est d’environ 30 cm et les volumes évacués sont réutilisés pour la remise en état des parcelles exploitées et remblayées, elle permettra la bonne repousse des jeunes arbres plantés pour reconstituer le massif forestier.
  • Deuxième couche: Sous la terre végétale, une première couche de 50 centimètres environ de limon sera, elle aussi, déplacée à l’arrière de l’exploitation pour reconstituer le sol.

Carrière de sable

  • Troisième couche: L’argile sur quatre à cinq mètres environ qui trouve son utilisation sous deux formes principales :

Mélangée à du sable cette argile est la matière première principale entrant dans la fabrication de briques et de tuiles en terre cuite.

A l’état brut, l’argile, grâce à une très faible perméabilité, est utilisée pour la constitution de couches étanches en fond de bassin ou en couverture de centre d’enfouissement technique.

  • Quatrième couche: Elle est constituée d’un sable à maçonner clair sur une épaisseur de 3 mètres environ.

Carrière de sable

Ce sable, dans nos contrées du nord de la France est mélangé à du sable de rivière et au ciment pour constituer le mortier de maçonnerie qui permettra de lier les briques entre elles. Le sable de rivière qui est « maigre », va donner la consistance au mortier alors que le sable à maçonner, plus « gras », va lui donner de la plasticité pour que le mortier adhère immédiatement sur la partie verticale de la brique en place lors de la pose de la brique suivante

Etape 3: Tamiser le sable

Ce sable peut contenir parfois de petites boules dures de particules de sable aggloméré qui, si elles ne sont pas éliminées, seront retrouvées par le maçon qui doit appliquer le mortier en fine couche, en effet, le joint de maçonnerie est d’environ 1cm.

Pour cette opération, il est nécessaire de « tamiser le sable » sur un tapis à maille de 8 millimètres. C’est le criblage réalisé sur une machine comme celle ci :

Criblage mod

Il suffit de verser le sable sur ce tapis vibrant incliné: le sable passe à l’intérieur des mailles et il est ensuite dirigé via un tapis roulant vers le stockage alors que les boules qui ne passent pas dans les mailles sont éliminées sur le coté.

  • Cinquième couche: Vient ensuite le sable de remblai sur une épaisseur de 20 à 25 mètres.

Ce sable est essentiellement utilisé pour égaliser le sol avant la pose d’une dalle béton, ou le remblaiement des tranchées après la pose de canalisations d’assainissement ou de câbles électriques dans les routes.

Etape 4: Chargement

Le sable étant meuble, l’exploitation se fait facilement grâce à des chargeurs sur pneus dont le godet est équipé de dents. Le godet charge environ 6 tonnes à chaque manœuvre il faudra en faudra donc 5 pour charger un camion de 28 tonnes.

Etape 5: Pesage

Le camion chargé remonte donc sur une piste en pente douce jusqu’à la bascule où il se sera préalablement pesé à vide. Le tonnage de sable facturé sera celui de la différence entre le camion à vide (la tare) et le camion chargé.

L’exploitation d’une carrière nécessite toute une série d’autres travaux comme l’entretien de pistes de circulation, la signalisation ainsi que l’organisation et la maintenance des réseaux de collecte, de décantation et d’évacuation des eaux de ruissèlement à l’intérieur de la carrière.

La remise en l’état du site passe par le remblaiement du trou créé par le sable qui est vendu.

Carrière de sable

Ce remblai vient principalement des terres qui doivent être évacuée lors de la construction des parkings souterrains et des fondations des immeubles de centre ville. Il est en effet nécessaire d’évacuer rapidement plusieurs milliers de mètres cubes de terres avant de couler les premiers M3 de béton.

Les camions viennent benner leur marchandise à distance respectable du trou elles sont poussés par des bulldozers et étalées avant d’être recouvertes par les limons et les terres végétales récupérées en début d’exploitation.

Plus tard, une fois les sols stabilisés, de nouveaux jeunes arbres seront plantés pour reconstituer le massif forestier d’origine.

Toute cette activité d’extraction de sable est très réglementée dans le respect des objectifs suivants :

  • Sécurité du personnel exploitant
  • Réduction maximale des nuisances (bruit, poussières circulation des véhicules)
  • Normes environnementales (faune, flore, air et eau)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *